Michael-bisping-deteste-jorge-oliveira

« Je voulais tuer ce type » – Michael Bisping révèle quel combattant de l’UFC « l’a le plus énervé »

Au cours de ses jours actifs en tant que combattant de MMA, Michael Bisping était connu pour son trash-talk et sa capacité à énerver ses ennemis.

Bien qu’il soit généralement celui qui se met dans la tête de ses adversaires, l’ancien champion des poids moyens de l’UFC a révélé que c’était Jorge Rivera qui avait réussi à entrer dans la sienne. Dans un épisode de son podcast Believe You Me, « The Count » a déclaré que Rivera l’énervait tellement qu’il voulait « tuer le gars ».

« Celui qui m’a le plus énervé, c’est Jorge Rivera. Je voulais tuer ce gars… Nous en avons longuement parlé plusieurs fois mais oui, ça m’est définitivement venu à la tête et à ce petit con entraîneur qu’il avait, j’ai oublié son nom mais oui, voilà, Jorge Rivera », a déclaré Michael Bisping.

La rivalité entre Michael Bisping et Jorge Rivera

Michael Bisping et Jorge Rivera se sont battus à l’UFC 127. Avant le combat, Rivera a dit beaucoup de choses peu recommandables sur « The Count », sa famille et son héritage.

bisping-deteste-jorge-riviera

Bisping a eu la chance de se venger le 27 février 2011. Le combat a commencé sur une note malheureuse pour l’Anglais. Il a été déduit un point pour avoir posé un genou illégal sur Rivera. Peu de temps après, Bisping a terminé «El Conquistador» via des coups de poing au deuxième tour du combat.

L’ animosité entre les deux combattants n’a pas pris fin après le combat. Après la victoire, Michael Bisping a craché sur l’un des cornermen de Rivera et lui dit : « Rentre chez toi, perdant! »

Plus tard, dans une interview en coulisses avec le journaliste du MMA Ariel Helwani, Bisping s’est excusé pour ses actions :

« Je crachais par terre juste pour lui faire savoir ce que je pensais de lui… Je m’en excuse, je ne veux jamais agir comme ça. Je m’excuse d’avoir perdu mon sang-froid… Il a dit beaucoup de choses, s’est-il moqué moi pour le monde à voir et j’ai essayé de me mordre la langue et de prendre de l’altitude, mais une fois que j’ai commencé à lâcher mes poings, c’était comme si les vannes de l’émotion s’ouvraient et que tout s’évaporait… Je ne voulais pas cracher cependant. Alors, je m’en excuse de tout mon cœur. « 


Laisser un commentaire