Le judo moderne trouve ses origines dans le jujitsu, un art de combat qui remonte à plus de mille ans dans l’histoire du Japon (cf article jiu-jitsu). Le judo lui-même, cependant, est une synthèse relativement récente et doit son existence au génie d’un homme : le Dr Jigoro Kano.

Jigoro Kano portrait
Jigoro Kano

Naissance de Jigoro Kano

Jigoro Kano est né dans la ville balnéaire de Mikage en 1860. Lui et sa famille ont déménagé à Tokyo en 1871. M. Kana a étudié la politique et la littérature à l’Université impériale de Tokyo. Il devint instructeur du Gakushuin en 1882 et onze ans plus tard, il fut nommé directeur du Koto Shihan, une école de formation des enseignants. En 1909, le professeur Kano est devenu le premier membre japonais du Comité international olympique et deux ans plus tard, il a fondé l’Association sportive japonaise et en est devenu le premier président. En raison de ses nombreuses contributions dans le domaine de l’athlétisme, le professeur Jigoro Kano est appelé le « Père de l’éducation physique et du sport » au Japon.

Jigoro Kano photo ancienne
Jigoro Kano

Un long cheminement par le sport

Le professeur Jigoro Kano est internationalement connu pour le développement du judo. Jusqu’à ses 18 ans, Jigoro Kano était physiquement faible. Il pris la résolution de s’améliorer en étudiant dans deux écoles de jujitsu. Il s’est vite rendu compte que chaque école avait ses forces et ses faiblesses. Parce qu’il y avait une rugosité et une grossièreté inutile dans les techniques de jujitsu, et parce qu’il était difficile de pratiquer sans se blesser, il a commencé à reconstruire le jujitsu. Comme il l’affirme dans ses propres mots :

« … ainsi en réunissant tous les bons points que j’avais appris des différentes écoles et en y ajoutant mes propres appareils et inventions, j’ai fondé un nouveau système de culture physique et d’entraînement mental. »

Kano a appelé son nouveau système Kodokan Judo pour le différencier des formes de jujitsu. « Judo » signifie « la voie douce » et « kodokan » signifie généralement « une école pour étudier la voie », « la voie » étant le concept de la vie elle-même.

Jigoro Kano enseigne le judo à ses jeunes élèves
Jigoro Kano enseigne le judo

La parole à Jigoro  Kano

Encore une fois, selon les mots de Jigoro Kano :

« Il y a deux raisons pour lesquelles j’ai évité le terme « jujitsu ». Je voulais montrer que ce que j’enseignais n’était pas une chose dangereuse, et ne blesserait inutilement personne, que ce n’était pas le jujitsu tel qu’il était enseigné par certaines personnes, et que le « judo » était une chose tout à fait différente ».

« La deuxième raison était que, lorsque j’ai commencé à enseigner, le jujitsu était tombé en discrédit. Certains maîtres de jujitsu gagnaient leur vie en organisant des groupes composés de leurs partisans et en organisant des matchs d’exhibition pour lesquels des frais d’admission étaient facturés. Certains sont allés jusqu’à organiser des combats entre les lutteurs de sumo professionnels et les hommes de jujitsu. De telles pratiques dégradantes de prostitution des arts martiaux me répugnaient, alors j’ai évité le terme jujitsu et j’ai adopté le judo à la place. »

jigoro kano pratique le jiu-jistu et le judo

La rivalité entre le Kodokan et la TotsukaSchool

Le Kodokan a été créé en 1882 avec seulement neuf étudiants la première année. Bientôt, le nouveau Kodokan Judo est devenu le centre d’attention du public. Mais ses mérites pratiques étaient considérés avec mépris par la plupart des anciens du jujitsu, y compris le maître Hikosuke Totsuka. Une vive rivalité s’est rapidement développée entre le Kodokan et la TotsukaSchool. Les choses ont atteint leur paroxysme en 1886. Selon les mots de Kano :

« Sous les auspices du chef de la police métropolitaine, un grand tournoi a été organisé entre les deux écoles. Ce fut une bataille décisive. La défaite aurait été fatale au Kodokan. Mais dans ce tournoi, auquel chaque école a envoyé 15 hommes choisis, le Kodokan a remporté tous les combats, sauf deux, qui se sont soldés par un match nul. Cette brillante victoire a établi une fois pour toutes la suprématie du Kodokan-Judo sur toutes les écoles de jujitsu ».

sourir Jigoro Kano
Jigoro Kano

Les principes du judo

L’un des principes du judo est qu’un adversaire plus fort peut être vaincu en retournant sa force contre lui-même. Le professeur Jigoro Kano explique qu’en cédant, il y a de la force :

 » Supposons que nous estimons la force d’un homme en unités de un. Disons que la force de cet homme est de 10 unités, alors que ma force, inférieure à la sienne, est de 7. Alors s’il me pousse de toute sa force, je serai certainement repoussé ou renversé, même si j’utilise toute ma force contre lui. d’opposition de force en force. Mais si au lieu de l’opposer, je le laisse sans résistance, en retirant mon corps autant qu’il pousse, tout en gardant mon équilibre, il se penchera naturellement en avant et perdra l’équilibre. Cela laisse la moitié de ma force disponible pour tout autre but. Si j’avais plus de force que mon adversaire, je pourrais bien sûr le repousser. Mais même si je le souhaitais et que j’en avais le pouvoir, il vaudrait toujours mieux que je cède d’abord, car ce faisant, j’aurais grandement économisé mon énergie et épuisé celle de mon adversaire. »

Mort de Kano

Jigoro Kano est décédé en mai 1938 alors qu’il revenait de la Conférence olympique internationale du Caire. Le judo masculin a été inclus pour la première fois aux Jeux Olympiques en 1964 et est devenu un élément permanent des Jeux en 1972. En 1992, le judo féminin est également devenu une partie des Jeux Olympiques. Jigoro Kano a défini les deux principes du judo Kodokan comme « Efficacité maximale avec un effort minimal » et « Bien-être et avantages mutuels ». Il a déclaré que « l’éducation physique devrait entraîner le corps à être fort, sain et utile dans la vie réelle et apporter également une contribution à la culture de l’esprit ». Son système de judo n’est que cela.

Pour plus d’info, vous pouvez consulter la page wikipedia de Jigoro Kano

Et surtout rejoignez-nous pour les pronostiques !


Laisser un commentaire