sambo-histoire

Le Sambo est un système d’autodéfense sans armes, composé de différentes sections sportives. Ce système a été créé par des spécialistes russes, c’est une agglomération de divers systèmes d’autodéfense existant dans le monde.

  • La section sportive du sambo est largement cultivée en URSS depuis 1938. En 1966, ce sport a reçu une reconnaissance mondiale. Elle est reconnue par la Fédération Internationale de Lutte Amateur avec la lutte classique et la lutte libre.
  • La section de combat de Sambo comprend des techniques de défense, des techniques d’attaque et des techniques auxiliaires.
  • Une section spéciale du sambo comprend des frappes, des étranglements et des lancers de blessures.
section sportive du sambo
section sportive du sambo

Différents types d’autodéfense sont connus dans le monde. En Indonésie, par exemple, il y a le « Pencak Silat » ou encore en Chine le « Wushu »…

Les plus répandus actuellement sont les systèmes japonais : judo, jujitsu, karaté, aïkido… Ces systèmes sont associées à des attaques contre les articulations (aïkido), ou bien à un système de coups et de protection (karaté par exemple). Dans une majorité de pays, tous ces systèmes sont enseigné dans l’armée, la police et encore d’autres unités.

Ainsi, par exemple, au Japon, pays où les systèmes d’autodéfense les plus modernes ont été créés, la police s’adonne à la lutte, au judo, au karaté, ou encore à l’aïkido pendant deux heures, deux fois par semaine. Toute personne qui rate ces entrainement est renvoyée de la police.

Une telle attention aux techniques d’autodéfense est tout à fait naturelle, car dans une situation de combat et de service, les techniques d’autodéfense servent d’arme.

SAMBO est une abréviation composée des premières lettres de trois mots – Protection Without Weapons.

Ce qui peut nous rappeler l’étymologie du karaté : Le nom japonais « karaté » signifie « kara » – vide, « te » – main. Ainsi, le karaté signifie – lutter avec les mains vides, c’est-à-dire lutter sans l’utilisation d’aucune arme. Les armes du combattant sont ses poings, ses pieds, ses genoux, ses coudes, etc…

DÉVELOPPEMENT DE LA LUTTE EN RUSSIE

De nombreuses tribus slaves habitant le territoire de l’ancienne Russie se livraient à la chasse, à l’élevage, à la pêche et à l’agriculture. Ils étaient travailleurs, se distinguant par la force, l’endurance, le courage et la persévérance. Les chasseurs n’avaient pas peur d’aller en combat singulier avec un ours, même avec qu’une seule lance. Dans les légendes populaires, nous trouvons de nombreuses indications des hautes qualités spirituelles et physiques du peuple russe.

Dans la lutte contre la nature et de nombreux ennemis, les tribus slaves ont non seulement survécu, mais ils ont également gagné. Les Slaves ont créé leur propre culture et leur propre art militaire. L’éducation physique du peuple russe était simple, dure, mais bien préparée pour le travail et pour la défense du pays contre les envahisseurs. L’un des moyens d’éducation physique était la lutte.

À l’époque de l’État de Kiev (IX-XII siècles), les combats pied/poing et la lutte étaient répandus parmi le peuple russe, comme en témoignent de nombreux monuments antiques. D’ailleurs l’habitude de la lutte et du combat singulier rendait les armées russes particulièrement fortes au corps à corps. Déjà à l’époque de l’État de Moscou, l’entraînement physique et militaire des soldats russes était nettement plus élevé que dans les armées des États féodaux d’Europe occidentale, composées principalement de troupes mercenaires. En témoigne la défaite des allemands par l’armée d’Alexandre Nevsky sur la glace du lac Peipsi.

L’un des divertissements populaires préférés de l’époque était la « lutte à la circonférence », dans laquelle chaque lutteur essayait de vaincre l’ennemi non pas tant avec la force brutale qu’avec de la dextérité et de la ruse. Chacun essayait de s’assurer que l’ennemi perdait l’équilibre et était renversé ou jeté au sol. Les lutteurs expérimentés se battaient parfois plusieurs heures d’affilée, et aucun d’entre eux ne pouvait remporter la victoire.

La plupart des techniques de lutte populaire russe de cette époque ressemblent aux techniques modernes de la lutte classique.


Laisser un commentaire